263 861 visites 3 visiteurs

Hugues MAHIEUX : « Si on continue comme ça en défense, on sera difficilement arrêtable sur cette phase retour »

8 novembre 2017 - 07:26

L’Après-Match - N1…
. 8e journée : contre Saintes (30-24)

 

Hugues MAHIEUX

« Si on continue comme ça en défense, on sera difficilement arrêtable sur cette phase retour »

 

À 29 ans, le portier gratiennois est un des hommes d’expérience du groupe de l’Élite Val d’Oise Handball. Officiant avec l’équipe N3 et donc absent en Proligue l’an passé, le jovial gardien est revenu avec un œil neuf, mais aussi beaucoup d’ambitions pour une équipe qu’il veut plus défensive histoire d’asseoir sa domination dans un championnat à sa portée. Après la victoire face à Saintes (30-24), la 6e officielle cette saison, Hugues oscillait entre espoirs, certitudes et questions à quelques jours d’un déplacement important à Pau Nousty Sports.

 

• Frédéric THOOS (EVOH) : Pour cette 6e victoire officielle de la saison, on a retrouvé un gros succès et un match abouti…
Hugues MAHIEUX : On avait fait un match référence contre Lanester. Et malgré notre contre-performance en Coupe à Hazebrouck, on a confirmé contre Saintes une certaine régularité défensive encore. 24 buts encaissés contre Saintes, 23 contre Lanester, c’est très bien. La défense, notre gros point faible depuis le début de saison, se montre très solide depuis deux matches. En attaques placées, Saintes n’a pas marqué et on a encaissé 8 penalties. C’est top. Samedi, on va à Pau, qui n’a pas une attaque terrible, mais possède aussi une grosse défense. Il va falloir confirmer le projet d’une vingtaine de buts encaissés et une trentaine de marqués par rencontre.

• Face à Saintes, on n’a pas vu de temps mort, mais beaucoup plus de régularité…
Hummm, on a connu un gros temps mort de 10 minutes avant la moitié de la mi-temps. En attaque, on a joué arrêté et chaque action, ça partait au bras levé avec des contre-attaques. Mais en dehors de ça, on a bien géré. Je ne reparle pas de Lanester, mais honnêtement contre Saintes, on ne s’est jamais senti en danger. On est serein. Ce sont des soirées comme ça que l’on veut passer tous les soirs.

• Qu’est-ce qui change entre des matches comme celui-ci ou celui de Lanester et des matches où vous doutez avec des trous impardonnables ? C’est dans les têtes ?
On connaît, déjà, chaque équipe. Après la saison 2016-2017 des gars, alors que moi je jouais avec la N3, on se faisait un peu un monde des séries de défaites. Cette saison, malgré une défaite/sanction à Saintes et celle à Angers, on a prouvé que l’on pouvait ne pas perdre un match. On est au-dessus de nos équipes de la poule. On a la phase retour pour le confirmer. Physiquement et techniquement, on a montré à Saintes que l’on est au-dessus ! Tout le monde a enchainé dans le même sens. Quand on déroule, c’est parti !

• Ce soir, tu as fait un gros match avec une dizaine d’arrêts et deux buts, alors que parfois tu étais en difficulté sur les matches précédents. C’est bien d’alterner les bons matches entre gardiens, que ce soit toi, Martin (Oliver) ou même Benjamin (Oger) ce soir qui arrête un penalty… C’est bon signe aussi.
On était un peu dans le dur, car on ne se sentait pas trop dans le projet défensivement. On ne proposait pas grand chose défensivement et on ne bossait pas trop. Donc, nous les gardiens, ça marche sur la confiance et peu de choses étaient mises en place pour nous placer dans cette confiance. Les jours de matches, on était un peu livré à nous-mêmes dans le but. Cela fait plusieurs matches que l’on réussit à communiquer avec les gars. Ce soir, je fais 4-5 arrêts qui me lancent. Les gars sont bien placés, ils me lancent, et c’est parti ! Sur les matches d’avant, je ne prenais pas de plaisir. Et quand il n’y a pas de plaisir, la performance est dure à produire. Contre Saintes, je me suis senti bien, boosté avec des gars qui encouragent. En attaque, ça y va et le physique est là. La machine est lancée… Je me suis retrouvé à faire des trucs que je n’avais plus faites depuis la prépa ! Ce soir, j’ai repris du plaisir !

• La vérité de vos résultats c’est dans une grosse défense et une bonne attaque !
C’est exactement ça. À moins de 25 buts encaissés par matches, avec l’attaque que l’on n’a, on ne perdra pas de match. Si on se maintient comme ça en défense, on sera difficilement arrêtable sur cette phase retour.

• Tu n’étais pas là en Proligue. Tu est revenu dans le groupe avec un œil neuf et un autre regard par rapport au groupe que tu connais bien ?
Oui. Quand je suis arrivé sur la prépa, j’ai essayé de mettre de l’entrain, de changer un peu l’état d’esprit. Petit à petit, ça commence à porter ses fruits. Mais ça prend du temps.

• Cette année, plus on vous voit avancer, mieux on vous sent, avec un beau groupe et une belle ambiance au travers d’un projet Élite Val d’Oise Handball motivant.
On est bien, on tire tous dans le même sens. Et quand on avance comme ça, ça coule ! Il faut juste que l’on mette plus de rigueur aux entraînements. Le contenu proposé est bon, mais l’investissement à mon goût n’est pas à la hauteur de ce que l’on devrait mettre pour être productif en match. Bon, avant Saintes, on fait une mauvaise semaine d’entrainement… et on gagne le match !

• Vous n’avez pas la pression de remonter dès la fin de saison en Proligue. Ça compte dans votre façon d’être et de jouer libérés ?
On n’y pense pas. Quand on rentre sur le terrain, c’est même le contraire. On a presque la pression, car on sait que l’on est meilleurs que les gars en face, avec un passé d’équipe de D2 que l’on doit montrer. On n’a pas le droit à l’erreur. On ressent presque la pression. On pourrait se retrouver en fin d’année, si on continue comme ça, à rester dans le haut de tableau et être à une place possible pour la montée (il se frappe la tête). Je touche du bois. Ce n’est pas l’objectif. Mais nous, on joue comme si l’objectif était la montée, en prenant les matches les uns après les autres. À chaque match, on doit montrer que l’on est au-dessus.

• Avez-vous des regrets quand l’an passé vous méritiez mieux que le redescente immédiate et cette saison, vous semblez un cran au-dessus ?
Je ne sais pas si les mecs ont des regrets par rapport à l’an passé. Quand j’en parle avec eux, ils en tirent du positif malgré une belle expérience et une succession de défaites. Le staff a bien géré. J’ai connu des clubs où on connaissait 5-6 défaites et c’était la crise ! Tout le monde crachait sur les joueurs, se tapait dessus. C’est ça le sport professionnel. Dès que l’on est dans la difficulté, on devient super égoïste. C’est jamais de notre faute. L’année dernière, il n’y a pas eu ça du tout. Les mecs sont même allés chercher des victoires, des résultats, alors qu’ils auraient pu dire “c’est bon, vas-y, on fait l’heure et on rentre à la maison”. Il y a une énorme différence entre la D2 et la N1 et le fossé se creuse d’année en année.

• C’est à dire…
Quand tu es pro, ça va recruter un peu ailleurs. Il faut trouver des sous, et tant que tu n’es pas une grosse agglomération ou avec beaucoup de fonds… En N1, tu trouves encore des petites villes par-ci par-là qui vont jouer avec des mecs un peu amateurs, avec des mecs qui ont des tafs un peu comme moi. Nous, on a aussi des pros. C’est un bon mixe. Mais il y a un gros fossé avec le niveau au-dessus. On sait que l’on a notre place en N1 et que l’on ne l’avait pas en D2 avec cet effectif-là. On prend du plaisir et on va voir où ça nous mène… 

• À présent, vous allez affronter deux équipes à l’extérieur, Pau Nousty puis Créteil… Deux gros matches encore avec des revanches à prendre sur le jeu !
Oui. Des matches différents avec un long déplacement à Pau, puis le derby à Créteil. Si on est rigoureux, Créteil, une équipe jeune, ça ne devrait pas poser de souci. Le gros test sera Pau. Si on les “éclate”, on sera bien sur la phase retour !


Interview réalisée par Frédéric THOOS (EVOH)
Photos : Patrick PAUMARD et Martine RICHE (EVOH)


. Prochains matches de l’Élite Val d’Oise Handball (N1)…
- 9e journée : le samedi 11 novembre à Pau Nousty Sports (19.00, Salle des sports)

. Déjà joués…
- 1 : à US Saintes Handball, 27-26 (mt : 12-14) (match donné perdu)
- 2 : contre Pau Nousty Sports, 32-28 (mt : 18-17)
- 3 : contre US Créteil Handball, 35-33 (mt : 16-12)
- 4 : à CO Vernouillet, 38-33 (mt : 16-16)
- 5 : contre Bruges 33 Handball, 33-33 (mt : 18-20)
- 6 : à Angers Noyant Handball Club, 32-33 (mt : 17-19)
- 7 : contre Lanester Handball, 27-23 (mt : 14-11)
- 8 : contre Saintes, 30-24 (mt : 18-11)

Commentaires