151 189 visites 1 visiteur

Samy El Jammal : « Une nouvelle étape importante et très motivante s’ouvre pour le Handball Val d’Oisien et pour le club »

9 septembre 2017 - 00:06

ITW…

Samy El Jammal :
« Une nouvelle étape importante et très motivante s’ouvre pour le Handball Val d’Oisien et pour le club »


Après une première saison en Proligue, le Saint-Gratien Sannois Handball Club repart en Nationale 1 dans un nouveau projet avec le club voisin et ami de Franconville. Ainsi est née l’Élite Val d’Oise Handball cet été (elle évoluera en N1 et en N3). Son histoire sur le parquet débute ce samedi à Saintes en Poule 1 de la N1 (20h45). Du côté du sportif, Samy El Jammal, entraîneur et directeur sportif et technique, est ambitieux pour l’équipe de l’Élite comme pour son club de Saint-Gratien Sannois, qui a conservé ses équipes de jeunes et ses équipes réserves, mais aussi pour la structuration et la professionnalisation du club gratiennois. Un projet élite Val d’Oise s’ouvre à Saint-Gratien, Sannois, Franconville et dans le département ! Important et très motivant !


• Fred Thoos (E.V.O.H.) : Vous avez repris la saison depuis un mois. Dans quel état d’esprit est le staff et l’équipe avant ce nouveau départ en N1, à Saintes ?
Samy El Jammal : Une relégation n’est jamais anodine. Ce groupe a besoin de retrouver de la confiance. La préparation a été axée en ce sens, avec des moments de cohésion évidemment. Nous sentons que les joueurs sont concernés et qu’ils travaillent dans ce sens. Maintenant, seules les victoires permettront à l’équipe de retrouver cette confiance et de lancer une nouvelle dynamique.

• Les matches amicaux ont été parfois difficiles en raison d’une grosse charge de travail. Sur quoi avez-vous insisté psychologiquement et sportivement ?
S.E.J. : En match de préparation, nous avons produit des choses intéressantes et d’autres moins bonnes qui nécessitent d’être corrigées ou améliorées. La charge de travail n’est pas une excuse de nos mauvaises prestations sur certains matches, notamment celui contre Livry-Gargan. L’état d’esprit du groupe est un facteur sur lequel nous insistons pour permettre à cette équipe d’être la plus performante possible. Nous devons gagner en régularité sur notre niveau d’exigence. C’est un point majeur de la performance.

• Parlons du recrutement. Quatre départs (Bidin, Krupa, Brive, Taufond) pour quatre arrivées extérieures (Alexandrine, Manhoso, Leandry, Delgado) et quatre en interne (Mahieux, Oger, Jarrigeon, Desirée), il y avait des besoins sportifs et une nécessité en fonction du virage pris par l’équipe et le club ?
S.E.J. : Je ne parlerai pas de “recrutement”, car nous connaissons une métamorphose du projet sportif. Suite à la relégation de Saint-Gratien Sannois en N1, le budget a été revu à la baisse et a obligé le club à se séparer de plusieurs joueurs, nous empêchant de “recruter”. Dans ce cas, il était naturel que cette équipe se compose de joueurs issus de Franconville (N3) et de Saint-Gratien Sannois. Cette équipe est la synthèse de ce nouveau projet. Le seul joueur arrivant de l’extérieur est Samuel Alexandrine (Paris SG), un jeune de 18 ans encore en formation. Pour cela, on ne peut pas parler de “recrutement”.

• Le SGSHBC et son ex-équipe Proligue prennent un nouveau visage et s’encrent dans le projet Élite Val d’Oise Handball avec aussi sa N3 et la N3 de Franconville. C’est un projet et une nouvelle histoire motivantes et entrainantes, d’avenir, justifiés aussi, car dans l’air du temps au niveau des collectivités locales ?
S.E.J. : Oui, c’est une nouvelle étape, importante pour l’avenir du Handball Val d’Oisien. Ce projet est une nécessité pour l’émergence d’un Handball de haut niveau sur le département. Saint-Gratien Sannois et Franconville n’y arriveront pas seuls. L’engouement des collectivités est un signe fort. Les partenaires privés auront également un rôle majeur. C’est un projet qui devra s’ouvrir et compter sur l’adhésion d’autres clubs Val d’Oisiens. L’Élite Val d’Oise Handball n’est pas une fusion. Franconville et Saint-Gratien Sannois gardent leur identité propre. Il est question, là, de mutualisation d’expérience, de compétences et de moyens pour faire rayonner à terme un territoire au travers d’une équipe de haut niveau tournée vers l’excellence sportive.


« Nos adversaires sont aguerris à la Nationale 1. Il va y avoir un vrai combat tous les week-ends pour décrocher la victoire. Les joueurs sont prévenus ! »


• Vous partez dans la Poule 1 en N1. Où situez-vous l’Élite Val D’Oise Handball par rapport à ses sept premiers adversaires ?
S.E.J. : Nous pensions être basculé dans la Poule du Nord. Finalement, nous allons voyager jusqu’au Sud-Ouest, à Pau, en passant par la région bordelaise (Bruges, Saintes) et la Bretagne (Lanester). C’est un peu l’inconnu ! Mais nous savons que la Nationale 1 continue de se structurer et de se renforcer chaque saison avec des budgets qui obligent les clubs à cravacher pour ne pas être décrochés… Angers est le seul V.A.P. de notre Poule avec des ambitions de montée en Proligue. Mais les autres équipes sont aguerries à la Nationale 1. Il va y avoir un vrai combat tous les week-ends pour décrocher la victoire. Les joueurs sont prévenus !

• Le club bénéficie d’un budget élevé, mais n’a pas voulu s’inscrire comme V.A.P. cette saison. Vous ne pourrez a priori pas viser la remontée en Proligue pour 2018. Quel est votre objectif précis ?
S.E.J. : Les présidents nous ont donné comme objectif d’atteindre la Poule de Playoffs, donc de finir à une des deux premières places lors de la première phase.

• Il y a eu des changements à l’intersaison dans l’organigramme du staff, avec le départ forcé de Daniel Deherme, et du club. Avec une motivation renforcée, le club est lancé dans un projet global, ambitieux et fédérateur. Un élan porteur ?
S.E.J. : Les collectivités nous suivent. De nouveaux partenaires s’intéressent au projet. C’est une évolution qui s’inscrit sur le long terme.

• On sait ce qu’il a manqué à l’équipe et au club en Proligue. Un petit peu de tout dans tous les domaines pour une saison pas si moche que ça durant laquelle le SGSHBC aura beaucoup appris. L’objectif est de retrouver le Handball pro à moyen terme avec un club aux fondations solides et parfaitement organisé et prêt ?
S.E.J. : La priorité est notre structuration. Le sportif est évidemment l’élément moteur. Mais la professionnalisation de la structure est un enjeu majeur pour espérer retrouver la Proligue ! Gagner sa place sportivement en D2 ne suffit pas pour y rester. Cela passera par l’augmentation du budget de manière significative. Nous avons vécu une saison avec le minimum obligatoire en D2 et le plus petit budget. Pour vivre et exister en Proligue, un budget de 1,2 M€ est indispensable.

• Le club de Saint-Gratien Sannois espère augmenter son nombre de licenciés cette saison (près de 350 en 2016-2017), mais aussi a des objectifs par rapport aux scolaires de la ville et est ambitieux pour ses équipes de jeunes et ses équipes adultes réserves. En tant que directeur sportif et technique, tu es placé au cœur d’un projet global qui semble motiver et fédérer aussi les domaines non sportifs…
S.E.J. : Oui, plusieurs projets de développement sont en cours. Nous avons déjà rencontré les municipalités, écoles et collèges pour intervenir sur le temps scolaire et périscolaire. Nous allons continuer de renforcer également les actions existantes au sein du club, comme les stages sportifs et les tournois. D’autres projets de fidélisation et de diversification de notre activité sont aussi en réflexion. Nouveauté aussi cette année, avec le lancement d’un créneau de perfectionnement sportif les mercredis. L’équipe technique du club est mobilisée dans tous ces projets. L’objectif est d’améliorer la qualité de notre formation, renforcer le suivi et l’accompagnement du parcours d’excellence sportif de nos jeunes et proposer des prestations variées de meilleures qualités à tous nos licenciés.

• Que faut-il souhaiter cette année à l’Élite Val D’Oise Handball et aux clubs de Saint-Gratien Sannois et de Franconville ?
S.E.J. : Des victoires !

• Le club avec son staff, ses bénévoles, ses licenciés, ses supporters et ses parents est derrière ses équipes. L’Élite Val D’Oise Handball en Proligue, tu y crois, tu le veux ?
S.E.J. : À 100% !!!!

Interview réalisée par Fred Thoos (E.V.O.H.)

 

Commentaires